Rencontre avec Mike Wagenbach – Superintendant et historien du site historique Pullman, Chicago

Publié le 20 septembre 2006
   

Au début des années 1880, George M. Pullman décida de construire, à l’écart de la ville de Chicago, une cité industrielle pour créer la Pullman Palace Car Company qui réalisait des wagons de luxe. Il repris les idées de cette fin de siècle pour créer une communauté autour de son industrie. Il fit appel à l’architecte Solon S. Beman, alors âgé de 27 ans, et au paysagiste, Nathan F. Barret, 37 ans, créateur du célèbre Central Park de New York. Ensemble, ils organisèrent ses idées qui allaient devenir l’une des premières cités industrielles planifiées des Etats-Unis d’ Amérique.

Le site était organisé autour du complexe industriel avec ses ateliers, ses entrepôts, son château d’eau et son bâtiment de l’administration. Tous étaient orientés vers la voie ferrée située à l’Ouest, l’Est étant réservé au stockage des matériaux. Le bâtiment de l’administration avec sa tour d’horloge et ses deux longues ailes était mis en valeur par un lac qui reflétait son image quand les voyageurs passaient devant. Au Nord et au Sud, les maisons étaient construites selon une hiérarchie allant des plus simples pour les ouvriers aux plus luxueuses pour les dirigeants. A tout cela, s’ajoutait tous les édifices nécessaires à la communauté : marché, magasins, écoles, églises, théâtre et hôtel.

En 1972, le site obtient le titre de Pullman Historic District et devient ainsi un site historique reconnu par la ville, l’état et la nation protégeant les 900 maisons originales et les quelques bâtiments publics restants ; la gare, le marché, l’arcade building et une grande partie complexe industriel original ayant été détruits. Aujourd’hui, l’Illinois Historic Preservation Agency tente de redonner à cette ancien cité industrielle son visage d’autrefois et de préserver les bâtiments existants comme l’ancienne caserne des pompiers, l’hôtel Florence et le bâtiment de l’administration.

Grâce à l’implication de la communauté et de ses nouveaux habitants, un regain d’intérêt redonne aujourd’hui vie aux maisons et tout particulièrement à celles situées au Sud de l’ancien complexe industriel. Après des décennies d’abandon, cette zone, qui en 1972 a accepté de suivre le nouveau règlement imposé par la protection du site au titre du Pullman Historic District, retrouve aujourd’hui un nouveau souffle. A contrario, la zone Nord qui avait refusé ce règlement, reste dans un état de délabrement important.

 

Maisons dans la zone Nord

Maisons dans la zone Sud

L’hôtel Florence, qui ouvrit ses portes en Novembre 1881, est dans un état de préservation remarquable. Le bâtiment n’a pas subi de transformations radicales depuis son ouverture à l’exception de l’ajout d’un bâtiment annexe dans les années 1910. La distribution est restée la même et une grande partie des menuiseries et des équipements sont intacts. Aujourd’hui, l’ensemble ne demande plus qu’à être restauré pour retrouver sa place dans la communauté.

 
Hôtel Florence - Extérieur et intérieur

Le bâtiment de l’administration n’a pas eu cette chance. Il y a peu de temps, un grand incendie a ravagé l’ensemble de l’édifice et les entrepôts annexes ne laissant que les maçonneries de briques. Après des mesures de premières urgences qui ont permis dans l’économie de reconstruire une toiture et les fenêtres, le bâtiment n’attend plus qu’un nouveau souffle lui redonne la vie.

 
Bâtiment de l'administration et aile Nord - Extérieur et intérieur après incendie
Entrepôts après incendie